La reconstruction mammaire en Tunisie Introduction

De plus en plus de femmes ayant eu une mastectomie pour cancer du sein souhaite bénéficier d’une reconstruction mammaire naturelle. Cette volonté de reconstruction mammaire par une technique naturelle est devenue de plus en plus fréquentes dans notre quotidien.
À part la reconstruction mammaire  par prothèse, il existe désormais un grand nombre de reconstructions utilisant les propres tissus de la patiente c’est-à-dire basée sur les lambeaux autologue.

L’intérêt de ces lambeaux est de proposer une reconstruction mammaire sans corps étranger et par conséquent d’éviter d’utiliser une prothèse. Cela fait que une fois la reconstruction mammaire achevée il n’est plus du tout nécessaire de ré-intervenir des années plus tard. Par ailleurs une bonne proportion des patientes présente des seins à base large.  Cette morphologie particulière fait que les prothèses ne donnent pas un bon résultat de reconstruction.

En effet les prothèses ne peuvent pas me met un sens large car leur diamètre est souvent réduit. De plus, les prothèses avec des diamètres importants sont trop lourdes à supporter. Pour ce cas de figure il est plutôt recommandé d’utiliser un lambeau abdominal.

Le lambeau abdominal est constitué par la peau, la graisse et éventuellement le muscle grand droit de l’abdomen. Cela apporte donc au sein à reconstruire un volume important et des tissus souples ayant une consistance proche du sein naturel. Le second avantage indéniable de cette méthode de reconstruction est que la patiente bénéficie dans le même temps opératoire d’une plastie abdominale.

Toutes ces caractéristiques font que le lambeau abdominal est actuellement le Gold Standard de la reconstruction mammaire naturelle notamment pour les seins larges ayant des volumes relativement importants (à partir d’un bonnet C). Parmi les lambeaux abdominaux il existe deux méthodes: le lambeau abdominal pédiculé qui consiste à prélever la peau, la graisse de l’abdomen sous ombilical avec le muscle grand droit de l’abdomen (appelé TRAM) et le lambeau abdominale libre qui consiste à ne prélever que la peau et la graisse de l’abdomen sous-ombilical sans avoir à prélever le muscle abdominal (appelé DIEP). Cette dernière méthode est la plus récente.

Elle nécessite la pratique d’une microchirurgie pour pouvoir connecter les vaisseaux du ventre au niveau thoracique. Nous collaborons avec des chirurgiens qui ont cette compétence.

Reconstruction mammaire par lambeau abdominal 

L’intervention de reconstruction mammaire par lambeau abdominal nécessite en moyenne 3h d’intervention. Elle nécessite  évidemment une anesthésie générale. La patiente est installée en décubitus dorsal c’est-à-dire allongée sur le dos. Le lambeau abdominal à prélever est une palette située au niveau de la région sous ombilicale.

Le chirurgien devra également lever le reste de l’abdomen jusqu’à la cage thoracique pour pouvoir abaisser le ventre jusqu’au pubis.

Dans le même temps opératoire, si la patiente présente un diastasis c’est-à-dire un écartement des muscles abdominaux, le chirurgien esthétique le corrigera en utilisant des fils de sutures adaptés.

L’intervention se terminera par la mise en place de l’ombilic en bonne position. La cicatrice est située au niveau de la partie sus-pubienne et fera 15 à 25 cm selon la morphologie de la patiente. Les fils résorbables utilisés ne nécessiteront pas de soins post-opératoire. Cette cicatrice sera entièrement cachée au niveau des sous-vêtements.

Les suites post opératoires.


Les suites post-opératoires de cette technique sont au début dominées par une douleur modérée. Durant les premiers jours, l’utilisation d’antalgiques et d’anti-inflammatoires par voie intraveineuse rendra la période postopératoire immédiate tout à fait acceptable.

IL existe également une diminution de la sensibilité cutanée au niveau de la partie sus-pubienne. Cette diminution de la sensibilité et évidemment complètement réversible dans les mois postopératoire.

Cette intervention est à l’origine de l’apparition de certains œdèmes.  Ces œdème vont progressivement diminuer et finir par disparaître dans les 2 à 4 mois suivant l’intervention chirurgicale.

La fonte des œdèmes sera et accélérée par le port de gaine abdominale de contention. Des ecchymoses ou bleus peuvent  apparaître et persister une quinzaine de jours au maximum. Cette chirurgie étant pourvoyeuse de phlébite (risque faible) nous prodiguerons systématiquement aux patientes un traitement à base d’anticoagulants en injectable dans les 10 jours post-opératoires.